Mali : un pays, une Histoire, des errances …


Rédigé le Mercredi 30 Mai 2018 à 01:01 | Lu 1028 commentaire(s)

Le Mali est à genoux, tombé à terre et éclaté en de nombreux fragments ethnico-identitaires, clans politico-affairistes équipés de mille-et-une armes de destruction nationale.

Et le Peuple cherche désespérément un leader, un vrai, conscient et patriote, pouvant le conduire à se libérer des envahisseurs étrangers dans le nord et s’affranchir des usurpateurs autochtones dans le sud.

Mais Bamako vogue sans gouvernail et sans véritable commandant de bord.

Si les Maliens, si les Maliennes avaient seulement une mémoire, de bétail électoral il s’émanciperait et le Peuple adviendrait.

Complexe programme pour une jeunesse ne jurant majoritairement que par le cash, le boubou, le clinquant.

Forcer un passage entre les manipulations des politiciens insincères et l’endoctrinement des obscurantistes religieux, comme un antidote … aux errances !



Des candidats pour le désordre institutionnel 
 
Ils sont là, en rangs épars et prêts à découdre au moindre regard interrogateur. 
 
Les carnassiers de la légion d’horreur sentent leur tour arrivé !
 
Des vautours, hyènes, rats et divers petits ramasse-miettes désirent bouffer du bétail électoral national en juillet prochain.
Les bons d'entre eux sont si peu nombreux qu'ils se comptent de l'index au pouce d'une main. 
 
Beaucoup veulent opaquement prendre la place d'IBK.
Tandis que certains ne réclament que la tête du prince en flagrante disgrâce, d'autres désirent couvrir leurs propres bruits de casseroles et chaudrons. 
Et, tous en chœur jurent qu'il y a ripaille et impunité au sommet de l'État, même failli et peu crédible.
 
Le moins que l’on puisse affirmer, c’est que IBK, imposé par François Hollande il y a 5 ans, n'en peut plus de gérer ce pays auquel il avait pourtant tout promis, même le ciel et les astres. 
Arrivé au terme de cinq (5) années de grandes vadrouilles insouciantes, IBK ne restitue finalement au peuple ni sa terre, ni ses rêves et encore moins les sous des abondantes surfacturations. 
 
Ce ne sera donc pas IBK qui fera le Mali rêvé. 
Et MACRON non plus, malgré ses bravades, n'en déplaise aux va-t-en-guerre !
 
Qu'en penseront POUTINE et/ou TRUMP ? Allez le savoir !
 

La célébration du vice et l'ignorance contre la vertu et l'éducation
 
Le Mali est à genoux, tombé à terre et éclaté en de plus en plus de morceaux ethnico-identitaires, clans politico-affairistes équipés de mille-et-une armes de destruction nationale. 
 
Les coupables sont bien identifiés et en même temps très encouragés par la toute-puissance de l'impunité. 
Ce Mali-là, aux yeux des hordes d’illégitimes, paraît désormais si facilement prenable que tous ceux qui ont eu le temps et des moyens de s'enrichir impunément rêvent de succéder à IBK, y compris IBK lui-même, et d'aggraver le sort du Peuple.
Très infime qui ose encore croire en une solution concertée raisonnable et crédible. 
 
À la soupe ! Épaisse et copieuse, elle est servie.
 
Alors, deux énormes tendances sortent du lot et se démarquent : les "tout sauf IBK" face aux "personne, sauf moi-même", et tant pis s'il faut recourir à une guerre civile pour le départage ! 
 
Beaucoup d’entre eux ont déjà mangé, voire mangent toujours depuis au moins le 26 Mars 1991, et même bien avant pour quantité de dinosaures. 
Quelques-uns avec quelques-unes ont découvert le râtelier par hasard et opportunisme, mais leur appétit s’étant aiguisé au cours des banquets, ils s’empiffrent à n'en plus finir. Ils n'abdiqueront "que la gueule ensanglantée" comme dit la rue !
 
Quant au bétail électoral, il attend du foin bien gras, en se frottant les pattes, l'instinct en alerte de festin, vécu comme une juste redistribution des deniers pillés.
 
Des soi-disant guides religieux sont en jubilation, car ils se gavent et continueront de s'engraisser des deux bords. 
Ces acolytes hors-bords, au cours de leur opportuniste et sinistre existence, poursuivent de promettre "le paradis après mort" en servant l'enfer sur terre à ceux qui leur accordent foi.
 
Quid de la Jeunesse, force vive de toute Nation ? 
Au Mali, il n’y en a guère, tant les jeunes gens sont devenus les clones de leurs aînés en prédation et cupidité.
Cash, boubou et cravate !
 
 
Élections, quand tu nous tiens
 
Des langues se délient et débitent…
 
Des citoyens éclairés avaient prévenu, il y a 5 ans (https://www.fncdumali.com/Mali-Chronique-d-une-election-pipee_a68.html), après que des patriotes instruits aient alerté du temps où IBK était encore premier ministre, ... c'était il y a 20 ans.
 
Si les Maliens, si les Maliennes avaient seulement une mémoire, le bétail électoral s’émanciperait et le Peuple adviendrait.
 
Nombreux sont les appelés, autant seront les déçus.
Nul ne sera élu !
 
« Et le Peuple cherche désespérément un leader, un vrai, conscient et patriote, pouvant le conduire à se libérer des envahisseurs étrangers dans le nord et s’affranchir des usurpateurs autochtones dans le sud.    

En attendant, Bamako vogue sans gouvernail et sans véritable commandant de bord ! »
(https://www.fncdumali.com/Mali-le-52eme-et-le-plus-amer-anniversaire-de-l-Armee-nationale-_a38.html )
 
 






Nouvelles

Cadavres pas si rares en terres rares

10/08/2017 - Aïda H. DIAGNE