Mali : Tout ça pour ça ! Et devoir choisir entre l’insouciance et l’indécence, le 12 août 2018


Rédigé le Dimanche 5 Août 2018 à 18:19 | Lu 1246 commentaire(s)

Les monnayeurs d’électeurs ("égarés" dans le meilleur des cas ou achetés couramment), on les appelle « les faiseurs de roi » au pays des mille-et-une corruptions.

On parle de milliards de FCFA pour récompenser les uns et, pour les autres, de garanties de non-poursuite pénale concernant leurs précédentes œuvres de malfaisance nationale.
En sus de quelques promesses officieuses de remboursements des frais de "campagne d’achat électoral" à l’occasion du 1er tour.



 
Qu’est-ce qu’il n’y eut pas comme tractation et micmac, pour que la Cour constitutionnelle assouplisse "la Loi" et élargisse les conditions d’être retenu comme candidat dans le starting-block, avec comme ultime aboutissement la pléthore de figurants à l’élection du 29 juillet ?    
 
Même l’UA et l’UE y sont allées avec leur prêchi-prêcha circonstanciel, attestant à suffisance que le Mali est dans la poussière crasse.
Toute immixtion qui n’a pas ôté à l’élection présidentielle du 29 juillet 2018 sa vacuité abyssale et ses incidences criminogènes pour les Maliennes et les Maliens.
 
Car, « Tant qu’un homme pourra mourir de faim à la porte d’un palais où tout regorge, il n’y aura rien de stable dans les institutions humaines » [1] 
 
Les Maliens méritent bien ce qu'ils n'ont pas ici-bas !
Le citoyen malien ordinaire a finalement bien compris qu’en matière d’élection dite "démocratique", il ne s’agit que d’une affaire de gros sous, enrobée dans des apparences peu convaincantes de consultation, disputable entre tenant du pouvoir et convoitant le sommet.
 
Le peuple du Mali a donc pigé qu’il doit monnayer, contre espèce sonnante et trébuchante, son bulletin de vote, afin que ceux qui en auront "payé le prix", entre 3.000 et 10.000 FCFA, puissent négocier ces suffrages à coups de milliards auprès de prétendants au poste de "COCEM" (Commerçant en Chef de l’État du Mali).
Il devient alors normal, d’une normalité malienne, que s’instaure un juteux trafic des voix d’électeurs, devenues, dans les portefeuilles politiciens, propriété privée cessible à loisir au plus offrant. 

Pour le 2ème tour, les recalés de "premier choix" (entre 0 et 7%) entendent ainsi céder très chèrement leur part de bétail électoral acquis : on parle de milliards de FCFA pour les uns et, pour les autres, de garanties de non-poursuite pénale concernant leurs précédentes œuvres de malfaisance nationale.
Il y a également quelques cas de promesses officieuses de remboursements des frais de "campagne d’achat de voix" à l’occasion du premier tour.
Comme un air de déjà vu, au Mali.
 
Et comme dans un mauvais rêve, plutôt un cauchemar, la peste et le choléra s'affrontent, où l'indigence est prise pour arbitre et l'indifférence pour médiatrice.
 
Volera bien qui votera pour … Lui !
Être contraint de choisir entre l’immoralité et la perversité, en guise de contribution à l’écriture d’une des séquences surréalistes de la dure réalité maliano-malienne. C'est la guéguerre du vice et de la routine. 

Pour la circonstance, les monnayeurs d’électeurs ("égarés" dans le meilleur des cas ou achetés couramment), on les appelle les « faiseurs de roi » au pays des mille-et-une corruptions.
 
Il y a forcément gâchis en la demeure. Un terrible gâchis de l’espoir de restructuration sociale obtenu de hautes luttes. Il n’est pas abusif, dans ces conditions, d’affirmer : « Nous le valons bien ! » Quelle vaine espérance !
 
Et la « Révolution » de mars 1991, désormais absente dans la mémoire collective et dans les molles périodes de prétendus débats, s’interroge : À quoi nos sacrifices et nos martyrs ont-ils finalement servi ?

La « Révolution populaire inachevée » du 26 mars 1991 s’invite et se rappelle à la conscience misérable des uns et des autres, tel un harmattan, très chaud et très sec, à parachever.
 
Dix-sept siècles plus tôt, les gens du Mandé craignaient la faim, maudissaient l’esclavage et détestaient les conflits, considérés comme des fléaux entretenus par l’injustice et la cupidité.
 
Au Mandé, les anciens soutenaient que l’antagonisme n’est pas bon et leur jeunesse, en refrain, répondait que des batailles sont souvent irrésistibles.
 
Mais le Mandé questionnait : « Comment savoir à qui revient l’effectivité du pouvoir et de la puissance ? »
 
Alors, le Mandé a proclamé : « Menons des combats contre les injustices. Osons faire la guerre, pour nous libérer et rester maîtres de notre destin ! » [2]
 
Harmattan malien : 
Un 26 mars s’est levé, l’insoupçonné vent d’Est
Scandaient-ils émerveillés, en chœur, à l’Ouest,
Souffle, soi-disant incontrôlable, que subit le Sud
Sous le mielleux prétexte de Le rendre moins rude.
 
Ce n’était un simple coup de vent du Nord
Quand bien même des zélés s’en honorent ;
Cyclone insaisissable, au départ d’un Centre absolu :
Le point, où culminent les souffrances non résolues.
 
Un violent tourbillon, né des manques et amertumes
Misères dans l’injustice, indexées sur les us et coutumes
Frustrations par les "dirigeurs", pseudo-dirigeants des mœurs
Ces puissants dictateurs d’ici et excellents valets d’ailleurs.
 
Certains construisant villas et autres "machins" à sous
Sur les berges des lacs de larmes versées par le dessous
Martyr perpétuel, incité à de longs cycles d’errance,
Furent évincés, bannis, poursuivis, avec sentence.
 
D’autres réoccupèrent leurs places, les pieds dans leurs bottes
Les mains dans leurs gants, endossèrent leurs frocs et hottes ;
Reproduisant tous leurs traits, puis "re-fléchissant" comme eux
Ils agirent pire que les premiers, souillés du sang fraternel preux.
 
Vaccinés contre les états d’âme, les "Princes du jour sans lendemain"
Calamiteux, succombant à l’attrait de juteuses "affaires", à deux mains
Exportèrent toutes richesses nationales, y compris leur progéniture ;
Ainsi, de déshonneur à jamais couverts, favorisèrent la déconfiture.
 
Raffiner le vol et la corruption : leur devise qui se mue en loi 
Contre la vertu et la loyauté, auxquelles nul ne prête plus foi !
 
Oh vent, légitime et puissant, souffle contre leurs sévices
Lève-toi, soulève et emporte fossoyeurs, outils et complices 
Pour la cause du Mali meurtri et l’Afrique desservie
Vers la libération intégrale des sans-effets asservis.
 
Gonfle-toi et mugis, vent de bonne heure
Bourrasque de révolte contenue, colère
Incompressible dans la gourde de la forfanterie félonne 
Encore moins dans la besace d’affairisme nauséabond. 
 
Ni intellos stériles et cultes serviles, ni mercantiles politiciens
En adoration constante des idoles de corporations de copains
Ne réussiront à te sacrifier sur l’autel de savoirs inadaptés
Et leur cortège de desseins cachés au nom d’amours cooptées !

 
 
 
En règle générale, impérieuse et universelle, « Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs. » [3] 
 
Le Peuple du Mali ne saurait être si singulier …et à part, au nom d’une courtoisie naturelle et d’une fraternité circonstancielle, toutes deux pourtant bien cruelles au quotidien.
 
 
 
[1]  Eugène VARLIN, ouvrier-imprimeur, membre de la Commune de Paris en 1871
 
[2]  Ballade traditionnelle à la gloire de Soundjata
 
[3]  Article 35 de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1793
 






Nouvelles

Cadavres pas si rares en terres rares

10/08/2017 - Aïda H. DIAGNE