Actualité

Afrique : Nous sommes tous des Anglophones du Cameroun ! - 08/03/2017 | Albert MOUTOUDOU

Ce qui gronde au Cameroun ?

Ce qui tonne dans la partie dite "anglophone" du Cameroun, vaut pour la quasi-totalité des pays d’Afrique dite Noire et toutes leurs "régions" qui détonnent !



Alors, Nous sommes tous des Anglophones !

Nous sommes tous des "Anglophones du Cameroun" !

France : Moi, "vrai Français", je décide que toi, … tu es exclu du groupe, compte tenu de ta différence originelle - 22/02/2016 | Docteur Marcel MONIN

...
En France, on amuse beaucoup l’opinion publique et les étudiants avec des théories fumeuses sur la « hiérarchie des normes ». Et sur la transformation du texte constitutionnel en fourre-tout (dans lequel on ne fait même pas la distinction –sic- entre les règles techniques sur le fonctionnement des institutions de l’État, et les ajouts de circonstance qui concernent tout autre chose).
La seule chose qui soit intéressante pour le citoyen, ce n’est pas qu’une règle scélérate soit à tel endroit, c’est qu’un juge l’en protège et l’en débarrasse. Ce que les juges décident de faire ou non.
...
Les possibilités de faire n'importe quoi se sont ainsi réduites. Il reste un peu à faire pour que le pouvoir politique respecte les principes qui sont la propriété de tout le monde.

FrançAfrique : L'ignoble tromperie des Citoyens ou " l'Enfer, c'est les autres ! " - 08/02/2016 | Aïda H. DIAGNE

Ce qui se passe par delà les mers nous concerne car nous en paierons le prix fort si nous ne nous réapproprions pas notre identité et nos terres !
Le passé nous revient tel un boomerang parce que nous n'avons pas fait l'effort de nous construire, ni de construire nos pays.
Où aller chercher refuge à présent que toutes les portes se ferment ?
...
Monsieur Manuel Valls, ce que l’Europe n’a pas pardonné à Hitler, « ce n'est pas le crime en soi, le crime contre l'homme, ce n'est pas l'humiliation de l'homme en soi, c'est le crime contre l'homme blanc, c'est l'humiliation de l'homme blanc, et d'avoir appliqué à l'Europe des procédés colonialistes dont ne relevaient jusqu'ici que les Arabes d'Algérie, les coolies de l'Inde et les nègres d'Afrique », car avant d’être victimes du nazisme « on a fermé l'œil là-dessus, on l'a légitimé, parce que, jusque-là, il ne s'était appliqué qu'à des peuples non européens».

Mali : Halte à l'intimidation ... au nom de l'Islam ! - 29/11/2015 | Bakary MARIKO

« Le meilleur des hommes est celui qui leur est le plus utile », dit le hadith du prophète Mohammed (PSL) !


Alors, les Laïcs et Croyants du Mali s’interrogent :
« Imam Mahmoud DICKO, pensez-vous être encore utile pour le Mali après votre forfaiture du lundi 22 novembre 2015, sur "la Voix de l’Amérique" ? »

M. Mariko Bakary.

Mali : 55 ans d'indépendance, 2 années de gouvernance d'IBK: le pire n'est jamais certain ! - 27/10/2015 | Aïda H. DIAGNE

Il n’économisera aucun sacrifice : telle est sa dédicace 2015 !

C'est tout ce que l'on peut se souhaiter. Décryptage d'un discours surréaliste.

Il est peut-être temps de connaître le "secret" de l'accord de paix.

Après le Burkina Faso qui a imposé son Histoire aux amis de Blaise, c'est au tour des groupes armés du Nord du Mali de leur imposer leur réalité.

Une petite fenêtre de tir pour tous ceux qui disent que le problème du Nord est d'abord un problème... qui doit se régler au Nord.

Aïda H. DIAGNE

Mali : Perdre des guerres, gagner le Mali ! - 07/06/2014 | FNC


Après avoir étalé au grand jour, à la face du monde, leurs faiblesses et incuries, les dirigeants du Mali se doivent de mettre en avant les forces de leur Peuple et de les magnifier.

La course à l’encensement du prince a conduit au népotisme éhonté et insolent, dont la palme revient à IBK suivi d’ATT, qui devance de peu AOK et GMT.
Comment s’étonner après que le pays soit affaissé ?



Sans voix ! - 26/05/2014 | Aïda H. DIAGNE



Sans voix face à la naïveté, voire l'inconscience, de ceux qui ont cru à un geste désintéressé de la France en janvier 2013. Du reste, pourquoi aurait-elle risqué la vie de ses soldats dans notre rude désert pendant que les nôtres, accoquinés à nos dirigeants de l'époque, mettaient nos nerfs à rude épreuve en pillant allègrement le peu qui restait dans les caisses de l'État ?



Sans voix devant l'irresponsabilité de nos dirigeants et leur incapacité à assumer leurs décisions désastreuses. Sans parler des motivations personnelles qui ont conduit à ce carnage.



Sans voix devant un pays donneur de leçons, où après avoir conquis l'armée, l'extrême-droite s'empare des votes citoyens, signant ainsi sans état d'âme, l'échec d'une politique néo libérale qu'ils veulent nous imposer aux forceps. Comme les nôtres, leurs dirigeants s'entêtent dans leurs choix suicidaires...



Il a choisi, il a osé : il a dit NON ! - 28/04/2014 | Aïda H. Diagne


Oumar Tatam LY, Premier ministre du Mali, a dit « NON » à ceux qui pensent que tout le monde partage le même désir: utiliser le pouvoir à son avantage exclusif. Parce qu’il était au service du Mali et non de ceux qui pensent que le Mali est à leur service, sa singularité, sa différence, l’ont « tué ».

Dans le contexte actuel, quel camouflet cette démission, mais aussi quelle aubaine pour détourner l’attention des vraies questions !

Messieurs les politiciens, nous n’avons que faire de vos petites querelles mesquines de pouvoir, de l’ambition opportuniste des membres de vos familles, de vos égos malades, de vos ennuis judiciaires.

Mais n’oubliez pas qui vous a fait Président : vous n’êtes ni le roi Soleil ni Bokassa, ni Dieu, ni Maître. Il est temps de faire ce pour quoi vous avez été élu, non par Dieu mais par le peuple : occupez-vous de Kidal et assurez-vous que TOUS les Maliens aient droit au bonheur.

Au printemps 2013, il fut promis au Mali 3 milliards d’euros… De telles promesses n’engagent que ceux qui y croient. Et ils sont nombreux encore à y croire, pauvres d’eux !
Gardez vos sous et laissez-nous Kidal.

Le Mali n’est pas la France, la Bretagne n’est pas Kidal, les enjeux ne sont pas les mêmes. Néanmoins, les mêmes causes produiront toujours les mêmes effets : l’absence de développement, le pillage et la mauvaise répartition des richesses sont les responsables de toutes ces crises qui génèrent tant de violence dans nos sociétés.

Messieurs les politiciens, travaillez et donnez-nous les moyens de travailler !
1 2 3 4