Article

​Mali : Nouvelle espérance nationale ? - 10/08/2017 | FNC


Le Mali souffre d’une "indigence obstructive chronique des dirigeants", une pathologie détectable à l’œil nu du citoyen ordinaire.

Cette vision va bien au-delà du projet de référendum constitutionnel.

Elle dépasse également la pitoyable ambition de quelques prétendants empressés de remplacer IBK en le dégageant immédiatement du pouvoir.

La perspective d’un Mali travailleur et honnête, véritablement laïc et démocratique, digne et souverain, est plus importante que tout le reste.

Le défi majeur, c’est réussir à briser la connivence entre les politiciens apatrides et des religieux sans foi ni spiritualité.

Ce serait une juste et impérieuse résurrection du Mali: la Renaissance !

Or, à Bamako les rumeurs reprennent de plus belle.

Cadavres pas si rares en terres rares - 10/08/2017 | Aïda H. DIAGNE


« … Quand IBK dit qu’il gouverne pour la Communauté internationale auprès de qui il a pris des engagements (au fait, quand connaîtra-t-on le contenu des Accords de défense signés avec la France ?), il dit vrai.

Et pourtant, il est le mieux placé pour savoir que même la communauté internationale ne peut aller contre la volonté de son peuple, puisque c’est grâce à ce peuple et malgré cette communauté internationale qu’il a été élu, en dépit du choix premier de ses chers amis socialistes de l’époque.

À sa décharge, créditons-le de petits problèmes de mémoire, sans vouloir faire offense à son grand âge … »

Au-delà de la langue de bois empruntée au jargon des bailleurs, peut-il nous expliquer pourquoi ce plan-ci servira plus les populations du Mali que les autres plans d’enfer égrenés au fil des ans ?

Les hommes ont-ils changé à l’insu de leur plein gré ?

Une révolution des mentalités a-t-elle eu lieu à l’insu de nous-mêmes ?

Mali : Bonne fête de l’Aïd et très belle espérance constitutionnelle ! - 25/06/2017 | FNC

Le ramadan de l’an 1438 du calendrier musulman a été une extraordinaire période d’épreuves sociétales intensifiées par les turpitudes d’un pouvoir vaniteux de son devoir de jouissance et crasseux dans son droit d’insouciance.

Bamako a tenu et les Maliens ont ébranlé le pouvoir !

Dans sa reculade, le mercredi 21 juin, le Président et son gouvernement ont fini par décider le report à une date ultérieure du référendum, prévu le 9 juillet, sur la révision de la Constitution.

Aujourd’hui, le Président du Mali et ses flagorneurs doivent tirer les enseignements du passé proche et retirer définitivement le projet de référendum inapproprié.

Empêcher la tenue du référendum constitutionnel, c’est poser un acte de salubrité nationale et reconnaître l’ordre des urgences en ce pays presque failli par la faute de dirigeants véreux et jouisseurs !

Mali - Les masques tombent : Aboubacrine ASSADEK se dévoile, Aïda H. DIAGNE lui adresse une réponse. Réponse à un ami touareg ! - 29/05/2015 | Aïda H. DIAGNE


« Bravos à mon ami(e) Aida Diagne! Mais tant que les maliens sont dans le déni du génocide contre les touaregs, il n’y aura pas de paix. Les touaregs qui nient cela sont atteints du syndrome de Stockholm ou ne pensent qu’à leur ventre et bas ventre. »

C’est le commentaire laissé par le Pr Aboubacrine ASSADECK suite au dernier billet publié sur un site internet, « IBK, symbole de l’échec de la politique africaine de Hollande. »

J'ai tenu à lui répondre car les mots qu'il a employés me semblaient importants.

Aïda H. DIAGNE

Mali : un pouvoir sinistrement familial sous le règne d'IBK premier - 08/04/2015 | Aïda H. DIAGNE

Dans un entretien accordé à Jeune Afrique le 22 mai 2014, IBK déclare avoir été contre la nomination de son fils à la présidence de la commission de la défense.

Et ajoute-t-il, « Même topo en ce qui concerne le président de l'Assemblée nationale, Issaka Sidibé, le beau-père de Karim. Je ne souhaitais pas qu'il occupe ce poste et j'avais là aussi un autre candidat, mon ancien directeur de campagne, Abderrahmane Niang, un expert auprès des Nations unies. Les cadres de mon parti sont aussitôt montés au créneau pour exiger que ce soit l'un des leurs, en l'occurrence Sidibé, qui prenne le perchoir. Allais-je humilier mon propre parti ? Là encore, j'ai bien dû céder. Que tout cela prête à controverse et à réflexion, j'en conviens. Mais est-ce un crime ? Je ne le pense pas. »

Un crime contre la démocratie, certainement !


La famille au-dessus de tout !

Quand le fiston attend que papa soit élu pour se découvrir homme politique, sans formation, ni expérience !

Hommage au Professeur Youssouf Tata CISSÉ - 22/01/2014 | Docteur Claudine BRELET, HDR; Anthropologue - ancien membre du personnel de l'OMS; Senior expert consultante de l'UNESCO


Célébré par tous pour son honnêteté et sa rigueur intellectuelles, pour son engagement en faveur du patrimoine culturel de l'Afrique de l'Ouest Youssouf Tata Cissé se consacra avec le djali (griot traditionaliste) Wa Kamissoko à la recherche sur l'histoire et la littérature orale du Mali.


Ce document de portée universelle s'insurge contre l'esclavage et l'exploitation honteuse de l’homme par l'homme, contre l'intolérance, promeut la liberté de circuler, le respect mutuel, la protection des femmes, des orphelins, des faibles et de l'étranger, et proclame l'équité et l'unité au sein d'une patrie multiraciale.


La disparition de ce colosse, par la taille et l'esprit, endeuille la communauté scientifique et tous ceux pour qui les valeurs prônées dans la "Charte du Mandé" offrent l'exemple de ce qui pourrait constituer les fondements de l'unité africaine en cette période si tourmentée pour tout le continent d'Africa, notre Mère à toutes et à tous.

La voie de la déraison: les élections maliennes programmées en juillet 2013 - 29/04/2013 | Boniface DIARRA

« Ban Yèrè-la tè Tàa (Taga) Gnièw
(Le mépris de soi-même ne peut que mener à la ruine)».

Il ne saurait y avoir, en bamanan-kan (langue des Bamanans), d’apologue mieux indiqué pour décrire, à la perfection, la voie de la déraison qu’ont choisie Dioncounda TRAORÉ et Django SISSOKO de suivre, à l’aveugle, la pudibonderie parlementocratique de la France de HOLLANDE, F. et celle de certains de ses alliés euro-occidentaux désirant, vaille que vaille, installer à Bamako, à la faveur du précipice électoral mis en chantier pour juillet 2013, un régime de cossards corrompus et sans légitimité qui sera non seulement essentiellement issu du personnel politique ayant mené le Mali à la ruine morale et sociale durant les quarante cinq (45) dernières années, mais également disposé à signer, avec les États euro-occidentaux adhérant au projet électoral hâtif lui permettant de s’établir, des contrats léonins de toute nature au détriment de l’intérêt supérieur des peuples africains au pays de Modibo KEITA ( 1915- 1977).

Il était une fois le Mali : digne, indépendant, souverain et respecté ! - 25/03/2013 | FNC

Les sacrifices des femmes du Mali mériteraient bien ... la Journée des Droits des Femmes ... pour de nouvelles espérances au féminin et au pluriel.

Capitaine Sanogo ! Saluons ces épaisses ténèbres qui happent désormais le soleil d’un Mali s’étant surestimé grand, d’une grandeur héritée, vendue aux enchères aux moins-disant et pire-offrant !

La nécessité actuelle du renouvellement qualitatif du personnel politique du Mali est impérieuse et indiscutable.

Jeunesse du Mali, maintenant, toi aussi, tu sais et dois t’assumer !
1 2